Contexte et descriptif du cours.

     « Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme »  (Alain FOKA).

      Les êtres humains sont les seuls parmi tous les autres qui existent qui font et inventent l’histoire pour perpétuer les souvenirs des morts illustres et raconter leurs expériences collectives. De ce fait, la seule façon pour l’être humain de se souvenir est d’avoir gardé toutes les expériences de la vie commune. Pour ce faire, c’est à l’histoire que cette noble tache est donc confiée. Toutefois, il faut souligner qu’avant l’histoire c’était la préhistoire puis la protohistoire. Toutefois, il n’est pas superflu de faire remarquer que les hommes ont quand même eu une histoire bien avant même que cela soit une réalité. A travers les âges, il y a de brillantes civilisations qui se sont succédées, au nombre desquelles figurent les deux brillantes civilisations orientales (Mésopotamie et l’Égypte) : lieux privilégiés d’échanges, de savoirs et d’expériences culturelles multiples. Au déclin de celles-ci, la civilisation grecque qui aura  réfléchi sur la nécessité de mettre au point une forme de pensée rationnelle qui puisse expliquer le monde de manière intelligente. Ainsi, ils inventent la science, la philosophie, et différentes autres formes de savoirs qui continuent de nous influencer aujourd’hui.

      Considérant la formule de l’éminent professeur Jean-Baptiste Duroselle, selon laquelle, « tout empire périra », à l’instar des précédentes civilisations orientales, la Grèce finira par tomber en déclin. C’est alors que Rome va triompher et parvint même à se constituer un très grand empire qui dominait tout le monde antique jusqu'à la mort du «  dictateur démocrate », Jules César, l’homme qui allait faire la conquete des gaules pour renforcer son empire. Cependant, Rome a pu également traversé de grandes crises, des complots, des guerres incessantes, des actes de trahison, ceux de Catilina par exemple, des invasions barbares, pour ne citer que ceux-là. Dans ces conditions, le vaste empire romain laissé par César sera incapable de se diriger et de se maintenir, il sera divisé et administré par un second triumvirat, mais ce qui devait arriver arriva : en 476, l’empire romain d’Occident, siège de la chrétienté tombe aux mains des barbares. Quant au reste, elle connaitra le même sort, avec l’irruption des Turcs qui allaient soumettre cet empire au culte de l’islam. Ce fait marquait la fin de la domination romaine sur le reste du monde. C’est alors que le monde moderne allait voir le jour, selon les points de vue de certains chercheurs.